Que savoir sur l'hydrosalpinx ?

Le rayon de la femme aujourd’hui est indexé par de multiples pathogènes infectieux dont l’hydrosalpinx. Grave et irréversible, l’hydrosalpinx est l’une de ces maladies qui touchent les trompes des femmes qui ensuite peuvent présager une stérilité chez ces dernières. Lisez donc sans plus tarder cet article, pour en savoir plus.

Hydrosalpinx : qu’est-ce que c’est ?

De nature infectieuse, l’hydrosalpinx est une anomalie qui s’attaque généralement à une partie, voire l’intégralité des deux trompes utérines, qui sont majoritairement responsables de la fécondation. Ainsi, la trompe devient bouchée par un liquide infectieux, ce qui freine le fonctionnement de celle-ci d’où une fécondation impossible. Heureusement que cela peut être possible si l’on a qu’un hydrosalpinx et on peut espérer que l’autre trompe prenne la relève. Toutefois, une stérilité tubaire sera diagnostiquée si les deux trompes sont atteintes. Pour en savoir davantage, lisez ici wonderparents.fr.

À quoi est dû l’hydrosalpinx ?

Généralement, l’hydrosalpinx est dû à une contraction d’une infection sexuellement transmissible (IST), transmise lors d’un rapport sexuel non protégé, tel que le gonocoque ou la chlamydia. L’IST va ensuite conditionner une salpingite (infection des trompes), qui, non traitée, génère un hydrosalpinx.

Comment se manifeste-t-il ?

En effet, l’hydrosalpinx apparaît un mois après l’infection. Souvent asymptomatique, durant des mois voire des années, la femme peut ne pas se rendre compte qu’elle est atteinte. Heureusement pour elle si elle procédait à un bilan de fertilité dès qu’elle sent le désir d’enfants. Dans ce cas, quelques signes symptomatiques peuvent surgir. Il s’agit : des rapports sexuels douloureux, d’une sensation de compression et de douleur au niveau du bassin, d’un besoin anormalement récurrent d’uriner.
Aussi, c’est lors de la contraction de la salpingite que les symptômes se montreront les plus importants et visibles. Et celle-ci se manifeste par des douleurs au niveau du bas-ventre, des nausées, de légères pertes de sang hors de la période menstruelle, de la fièvre, des pertes jaunâtres et plutôt abondantes... En fait, la salpingite se détecte facilement avec des signes caractéristiques lors d’un examen gynécologique, et notamment grâce au toucher vaginal.

Comment traiter l’hydrosalpinx ?

L’hydrosalpinx fut longtemps traité avec la micro-chirurgie, afin d’essayer de déboucher la trompe, et lui donner une forme d’entonnoir. À l’heure actuelle, les spécialistes tentent également à la fécondation in vitro. Un traitement peut s’avérer très parfait, dès lors que la salpingite fut rapidement détectée et l’on pourra se référer à un traitement médicamenteux ou d’autres soins hospitaliers.